Hockey-sur-Glace : « Le plus beau est devant nous » - après l'euphorie et la qualification historique en finale, les Boxers de Bordeaux veulent pousser le rêve jusqu'au bout 

3 avril 2024 à 15h05 par Jerome M.

Crédit image: Ambre.picss
séparateur

Qualifiés pour la première fois de leur histoire en finale de la Ligue Magnus, les Boxers de Bordeaux comptent bien se donner à fond jusqu'au bout. Ce vendredi, les Boyz démarrent leur série finale à Rouen, tenant du titre. 

Après un quart de finale étouffant mais finalement joyeux contre les Spartiates de Marseille, les Boxers de Bordeaux avaient fort à faire face aux Brûleurs de Loups de Grenoble lors des demi-finales. Vainqueur de la Coupe de France, finaliste du dernier championnat, plus gros budget de la Ligue Magnus... tout laissait penser à une mission – quasi – impossible pour les hockeyeurs girondins qui, d'autant plus, n'avaitent pas du tout l'avantage de la glace en raison d'un spectacle programmé à Mériadeck. Pour autant, le message était déjà affiché : « Le mot d'ordre c'est se qualifier » avouait sur ARL le manageur Stephan Tartari. Et ça a été chose faite ! À la surprise générale et en déjouant tous les pronostics, les Boyz se sont imposés 4 matchs à 3 face à l'un des ogres du championnat avec un dernier succès obtenu en Isère samedi soir (3-4)

 

 

« Peu de monde pouvait imaginer ça » reconnaît Olivier Dimet. Le coach bordelais savoure et ne manque pas de féliciter ses joueurs : « tout le mérite leur revient, ils ont été incroyables durant ces deux tours de playoffs ! C'est pour ça qu'on fait du sport ». 

Ces dernières heures, l'ensemble de l'effectif aura reçu une pluie de messages de félicitations. Il faut dire qu'en plus d'être XXL, la performance du club bordelais est historique. Jamais il n'avait atteint la finale du championnat français ! Reçus dimanche matin par les jeunes du club sous les « on est en finale, on est en finale », les héros bordelais ont eu l'occasion de savourer cette qualification.

 

 

Mais désormais les yeux sont bien fixés vers cette dernière marche du calendrier. « Jouer une finale ça ne suffit pas, c'est la gagner qui est le plus important » lance le technicien des Boxers de Bordeaux qui lui-même aura eu l'occasion de disputer deux finales en tant que joueur face à... Rouen. « Tout est possible » annonce de son côté Maxime Legault, l'emblématique capitaine des Boxers.

Grandissime favori de cette saison, les Dragons de Rouen n'ont eux pas eu de mal de se défaire de Cergy-Pontoise lors des demi-finales (4-0). Tenant du titre, le club normand a tout d'un épouvantail qui compte, qui plus est, nettement moins de rencontres dans les pattes quand les Boxers les enchaînent (30 depuis le début de l'année dont 12 depuis le 8 mars).  En quatre confrontations, jamais les Boyz n'auront jamais réussi à s'imposer face aux Dragons malgré des matchs serrés.

Olivier Dimet

« Le plus beau est devant nous » allèche Olivier Dimet  Encore une fois, le club girondin, qui enregistrera l'arrivée de nouveaux investisseurs pour la saison à venir (dont un certain Patrick Roy, star du hockey-sur-glace), n'auront pas l'avantage du terrain avec deux premiers matchs délicats dans la patinoire de L'Île Lacroix ce vendredi et ce samedi.

Mériadeck vibrera pour les matchs 3 et 4 mardi et mercredi prochains. Encore une fois les hommes du président Thierry Parienty, quatrièmes de la saison régulière, pourront compter sur leur public, toujours aussi fidèle et accro avec deux soirées à guichets fermés. L'ensemble des rencontres sera à vivre gratuitement sur la chaîne Sport en France pour ceux qui n'auraient pas leurs places ou l'occasion de se rendre dans la "Ville aux cent clochers". 

Si un cinquième duel doit se jouer il se disputera de nouveau en Seine-Maritime (le 13 avril). Les potentiels matchs 6 et 7 se joueraient le 15 avril en Gironde pour l'un puis deux jours après à Rouen. « Faut qu'on joue et qu'on n'ait pas de regrets » confie avec détermination Olivier Dimet qui avec son président confiait en tout début de saison « avoir de l'ambition ». Force est de constater qu'ils n'ont pas menti, pour le plaisir de milliers de supporters !