Attaque contre Israël : « ces gens-là sont des ennemis de la vie » - des centaines de personnes rassemblées à Bordeaux 

9 octobre 2023 à 23h45 par Jerome M.

Crédit image: J.M.C.
séparateur

Plus de 200 personnes se sont retrouvées ce lundi soir au pied de la grande synagogue de Bordeaux en soutien au peuple israélien, touché par des attaques du Hamas survenues ce weekend. 

À l'appel de plusieurs structures, et notamment le Conseil représentatif des institutions juives de France et le Consistoire israélite de Gironde plusieurs centaines de personnes se sont recueillies ce lundi sur le parvis de la grande synagogue de Bordeaux, particulièrement surveillée par les forces de l'ordre. Un rassemblement « apolitique et areligieux » auquel étaient présentes de nombreuses personnalités politiques telles que Alain Rousset, président de la région, Jean-Luc Gleyze, président du département, Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole mais aussi Philippe Buisson, maire de Libourne, Franck Raynal, maire de Pessac ou encore Pierre Hurmic et Nicolas Florian, actuel et ancien maire de Bordeaux. Mais aucun de ces hommes n'a pris la parole lors de cet instant de recueillement.

La parole a d'abord été donnée à Erick Aouizerate qui avec émotion a dit sa peine, sa tristesse mais aussi sa colère. « Il est difficile de ne pas être ému quand on voit l'horreur. Et quelque soit le peuple, nous n'avons pas le droit à ce type de terreur et de barbarie » s'exclame le président du Consistoire de Bordeaux alors que le dernier bilan de cette guerre fait état de 800 morts en Israël et de plus de 680 dans la bande de Gaza. Trois français ont aussi perdu la vie

 

Aucune nouvelle du jeune bordelais 

De son côté, Moïse Taieb, rabbin de Bordeaux, a confié avoir reçu des messages touchants de la part de toutes les communautés religieuses et de rappeler que la grande synagogue a été le lieu de la Shoah en pointant du doigt le mur indiquant le nom des 335 victimes de la rafle anti-juive survenue en janvier 1944. « Nous avons survécu à cela, clame le religieux, nous avons vu bien pire, vous ne nous anéantirez pas. Le peuple juif est vivant et il le restera  ». 

Erick Aouizerate - émotion
Rassemblement Israël 2
Crédit : J.M.C.

Dans un dernier communiqué, le Quai d'Orsay s'est dit « sans nouvelles » de 14 ressortissants français en Israël, dont un mineur de 12 ans. De son côté, Meyer Habib, le député des Français de l'étranger a confirmé que Avidan T. était « entre les mains du Hamas » alors qu'il était l'un des organisateurs du Tribe of Nova, le festival de musique électronique pris pour cible par le mouvement islamiste, selon les informations d'Erick Aouizerate. 

Ce lundi soir, les centaines de personnes présentes à Bordeaux avait ainsi une pensée forte pour ce natif de Bordeaux, parti en Isräel avec sa famille à l'âge de 5 ans et désormais âgé de 26 ans. « Aujourd'hui on ne sait pas s'il est mort ou kidnappé » relate le président du Consistoire israélite de Bordeaux, en contact avec sa famille, elle aussi « dans l'angoisse ». 

Erick Aouizerate - Avidant T

Quant à la suite, elle n'augure rien de bon alors qu'une intensification du conflit est à craindre des deux côtés. « J'ai peur pour le peuple palestinien parce qu'il y aura une escalade de la violence » se désole Erick Aouizerate. 

Erick Aouizerate - peuple palestinien

« C'est une inquiétude majeure pour l'ensemble du monde, rajoute Jean-Luc Gleyze, le président du département de la Gironde. Nous savons que ces conflits dans cette région ont des impacts sur nos démocratie ». 

Et si l'Empire State Building à New York, la porte de Brandebourg à Berlin ou la Tour Eiffel à Paris se sont mis aux couleurs d'Israël, aucune action de ce type ne semble à prévoir dans le département. « Nous attendons de voir ce qu'il va se passer, commente Jean-Luc Gleyze. Nous verrons alors avec la communauté juive ici si il y a lieu d'aller plus loin ». 

Auparavant, Pierre Hurmic avait condamné cette attaque terroriste et de rappeler les liens entre Bordeaux, Israël et la Palestine.  « Mes pensées s’adressent tout particulièrement aux habitants de nos villes jumelles, Ashdod [NDLR : en Israël] et Ramallah [NDLR : en Palestine], au bordelais qui semble être retenu en otage, ainsi qu’à leurs proches ». 

Ce rassemblement s'est ponctué par l'hymne hébreu ainsi que par une Marseillaise et une minute de silence.

Jean-Luc Gleyze - rassemblement