Assassin’s Creed Mirage, le jeu vidéo événement qui fait rayonner Bordeaux à travers le monde 

5 octobre 2023 à 12h13 par Jerome M.

Crédit image: Ubisoft
séparateur

Le dernier venu de la saga Assassin’s Creed est disponible ce jeudi dans tous les bons magasins de jeux vidéo, dans les grandes surfaces ainsi que sur Internet. L'aboutissement d'années de travail pour plus de 600 personnes dont une grande partie travaillant à Ubisoft Bordeaux. 

Depuis 2007, les jeux vidéo de la saga Assassin's Creed se vendent à foison, au point d'être l'une des franchises les plus importantes de l'histoire au même titre que Mario, Fifa, Minecraft, GTA ou Call Of Duty. Ce jeudi, le grand public va enfin pouvoir se procurer Mirage, le dernier venu de la série à succès faisant suite à Valhalla sorti il y a trois ans. Il aura fallu deux ans et demi de travail intense pour que ce nouveau bébé voie le jour. « Jusqu'au dernier moment, on a rajouté des choses » lâche Jean-Luc Sala, le directeur artistique de ce treizième jeu édité par Ubisoft, l'un des pionniers dans son domaine.

Jean-Luc Sala - sentiments

Des centaines de mains en action à Bordeaux

L'homme ne cache pas sa fierté. Et il a de quoi ! C'est dans son studio, à Ubisoft Bordeaux, que Assassin’s Creed Mirage a été développé. Jamais l'un des studios français du spécialiste du jeu vidéo n'avait été chargé de réaliser un Assassin’s Creed. Il s'agit là donc d'une grande première pour les équipes du studio bordelais, né en 2017 et qui ne cesse de croître. Si plus de 400 salariés de 20 nationalités différentes excellent dans les locaux basés non loin des Bassins à Flot, ils sont 250 à avoir travaillé sur ce nouvel opus. « C'est une grande aventure humaine » souligne Jean-Luc Sala qui rappelle que 12 autres studios Ubisoft à travers le monde ont collaboré à leurs côtés. À Montréal, le plus imposant de tous, à Sofia, à Montpellier ou encore à Kiev, malgré un contexte difficile, l'activité aura été intense. 

Jean-Luc Sala - Bordeaux

Un travail de longue haleine ou historiens et spécialistes de l'Irak ancien auront été précieux pour le développement du jeu. Car dans ce nouvel Assassin’s Creed rien n'est laissé au hasard et tout est travaillé, quartier par quartier, maison par maison, mosquée par mosquée et ainsi de suite. 

 

 

 

 

 

C'est dans le Bagdad du 9ème siècle que cette nouvelle histoire se déroule. Après avoir incarné un viking, cette fois-ci c'est Basim, un habile voleur à la tire aux visions cauchemardesques, en quête de réponses et de justice, qui est au centre du scénario du jeu vidéo que Jean-Luc Sala compare volontiers au tout premier sorti en 2007. « C'est un retour aux sources. Ce nouveau volet est aussi idéal pour les novices d'Assasins » explique celui qui, pendant des mois aura dû cacher son travail. « Ce monde là, ça a été notre petit secret jusque-là ! Il a fallu ruser ! Sur mon bureau, à la maison, j'avais mis des documents sur la Chine médiévale pour brouiller les pistes ». 


Une exposition à Bordeaux

Disponible sur PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series ou sur iOS, Assassin's Creed Mirage comblera un plus grand nombre avec ses images, son scénario et son nouveau gameplay. 

Jean-Luc Sala - le jeu

Pour l'occasion, une exposition se déroule jusqu'au 12 octobre à la salle capitulaire et cour Mably de Bordeaux. Conçue par le musée des Arts Ludiques, l'expo mettra à l'honneur ce travail réalisé par les équipes bordelaises d'Ubisoft à travers 70 oeuvres inédites montrant même parfois des images qui n'apparaissent même pas dans le jeu. Des costumes et des accessoires en 3D sont aussi visibles avec en prime le bureau, laissé en l'état, de Jean-Luc Sala. Le directeur artistique qui partira à la rencontre des visiteurs sur place accompagné de Salomé Strappazzon, directrice artistique associée de ce nouveau jeu vidéo événement. 

 

Jean-Luc Sala lors du vernissage de l'exposition. photo : J.M.C.

Jean-Luc Sala lors du vernissage de l'exposition à Bordeaux (photo : J.M.C.)